C’est au bruit du tocsin que le soir du 5 juin 1944, Sainte-Mère-Eglise entre dans l’Histoire. Une maison située derrière l’Église brûle, il est 23h00. Les pompiers et la population essaient de maîtriser l’incendie. Peu après, vers 1h du matin, les premiers parachutistes atterrissent à Sainte-Mère-Eglise, objectif stratégique pour les Alliés.

Maison Mlle Pommier SME

Bien que Sainte-Mère-Eglise fut une des zones de saut réservée à la 82e Airborne Division, les premiers parachutistes qui touchèrent le sol de la bourgade appartenaient à la 101e Airborne Division, les fameux « screaming eagles ». Après deux heures de combats , les Allemands se replient . A 5h00, la ville est prise et aux ordres du Lieutenant-Colonel Edward C.Krause . Sainte-Mère-Eglise devient la première ville libérée par les parachutistes américains.

Dès l’aube du 6 juin , la contre-attaque allemande s’organise. Des combats intenses auront lieu les 6 et 7 juin mais jamais la ville ne sera reprise, les parachutistes tenant la ville jusqu’à l’arrivée des renforts venant d’Utah Beach.

CLOCHER STE MERE OK 10-12-14-1

Hormis prendre Sainte-Mère-Eglise, les parachutistes de la 82e Airborne Division avaient pour objectif de maitriser les ponts de la Fière et de Chef du Pont qui permettent de franchir les marais et progresser vers l’ouest pour couper la presqu’île du Cotentin. Si la prise du pont de Chef du Pont se passe relativement bien, les combats pour la prise de la Fière seront d’une âpreté rarement atteinte. Les attaques et contre-attaques dureront 3 jours.

A partir du 10 juin, le bruit des combats s’éloigne . Mais à quel prix…celui de la Liberté.